Open Access
Issue
Cah. Agric.
Volume 27, Number 2, Mars-Avril 2018
Article Number 25001
Number of page(s) 10
Section Études originales / Original Studies
DOI https://doi.org/10.1051/cagri/2018007
Published online 28 February 2018

© S. Farolfi et al., Published by EDP Sciences 2018

Licence Creative Commons
This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License CC-BY-NC (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

1 Introduction

L’agriculture irriguée occupe une place cruciale dans l’économie de la Tunisie et représente un facteur déterminant pour sa sécurité alimentaire et son développement. Les périmètres irrigués représentent près de 8 % de la surface agricole utile, mais participent à hauteur de 30–35 % à la valeur totale de la production agricole du pays et de 20 % à l’emploi agricole (Al Atiri, 2007). Cinquante-six pour cent des surfaces irriguées sont localisées dans des périmètres publics irrigués (PPI), correspondant à une superficie de près de 230 000 ha.

Au cours des dernières décennies, les importantes mutations politiques et institutionnelles consistant à libéraliser l’économie tunisienne et à dynamiser et privatiser le secteur rural, dans un contexte de désengagement de l’État (Canesse, 2009) ont directement concerné les PPI. Dans cette perspective, les commissariats régionaux au développement agricole (CRDA), représentants du ministère de l’Agriculture dans chaque gouvernorat, ont lancé un programme d’actions en vue de se désengager de la gestion directe des PPI au profit des associations d’usagers, sous les statuts successifs d’associations d’intérêt collectif, de groupements d’intérêt collectif et aujourd’hui de groupements de développement agricole (GDA) (Mouri et Marlet, 2007). Cette délégation de pouvoirs vers les usagers de l’eau et leurs représentants se heurte cependant à différents problèmes, parmi lesquels le manque d’engagement des usagers et de reconnaissance des nouvelles formes de gouvernance. Ce manque d’engagement se manifeste essentiellement par un faible consentement des irrigants à payer les redevances pour l’eau agricole.

Certains responsables des GDA semblent avoir compris l’importance de la communication et de l’information fournie aux irrigants sur les services rendus et les résultats de leur action. Toutefois, cette information n’est à l’heure actuelle que très rarement fournie aux agriculteurs, ou l’est de manière incomplète. Afin d’étayer l’idée selon laquelle l’information est un élément clé dans les problèmes de gestion rencontrés, nous avons mené une étude basée à la fois sur une enquête et sur une expérimentation en laboratoire, visant à comprendre, isoler et mesurer l’impact de l’information sur le consentement à payer (aux GDA) pour l’utilisation de l’eau d’irrigation. L’enquête réalisée sur le terrain, sur quatre GDA, a mis en exergue la nécessité de distinguer deux types d’information : une information qui porte sur le fonctionnement du système et de l’institution, que nous avons appelée « information institutionnelle », et une information qui porte sur les décisions et les comportements des usagers vis-à-vis du GDA, que nous avons appelée « information sociale ». Suite à l’enquête, nous avons élaboré un protocole expérimental permettant d’isoler l’impact de chacun de ces deux types d’information sur le niveau de contribution dans un jeu proche d’un jeu de bien public, mais avec des propriétés issues du terrain (fonction sigmoïdale de production par exemple, cf. Janssen et al., 2011).

2 Méthodes

2.1 L’enquête de terrain pour définir les sujets d’expérimentation

L’enquête a été réalisée sur quatre GDA : Ahouez-Gaâfour et El Aroussa (gouvernorat de Siliana), Chott Meriem et Baloum (gouvernorat de Sousse). Les détails de cette enquête sont disponibles dans Farolfi et al. (2018).

L’étude des réponses à l’enquête met en évidence une nette différenciation entre les deux groupes de GDA. Les agriculteurs du gouvernorat de Sousse manifestent un degré de satisfaction supérieur à celui des agriculteurs du gouvernorat de Siliana, en particulier au sujet des services fournis. En matière d’information, le GDA de Chott Meriem compte la part la plus importante de satisfaits, vraisemblablement en raison de la présence de personnel dédié à l’aménagement. Une question portant sur la nature de l’information attendue de la part des GDA fait ressortir qu’à Baloum et Chott Meriem, les agriculteurs souhaiteraient être informés de la quantité d’eau disponible, tandis que les agriculteurs de Gaâfour et d’El Aroussa semblent davantage intéressés par une information portant sur le comportement des autres agriculteurs du périmètre, notamment en ce qui concerne le paiement de la redevance.

Ainsi d’un côté (Baloum et Chott Meriem) les agriculteurs souhaiteraient avant tout une information sur le fonctionnement du système, et de l’autre (Gaâfour et El Aroussa) une information sur les contributions au système des autres usagers. Afin d’identifier clairement ces deux types d’information, nous avons adopté la terminologie d’information « institutionnelle » et d’information « sociale » pour faire référence respectivement à l’information attendue par les agriculteurs de Baloum et Chott Meriem et par ceux de Gaâfour et El Aroussa. Plus généralement, l’information « institutionnelle » renvoie à une dimension verticale, où les agriculteurs sont en attente d’informations techniques de la part des GDA, qui peuvent prendre la forme de rapports, de relevés de compteurs, de bilans, etc. L’objectif est l’acquisition d’une meilleure connaissance du fonctionnement du GDA, justifiant la contribution financière demandée. L’information « sociale » renvoie quant à elle à une dimension horizontale, où les agriculteurs sont en attente de données permettant une comparaison des uns envers les autres, vraisemblablement pour imiter ou pour effectuer des ajustements, à la hausse ou à la baisse, de leurs décisions économiques.

C’est sur la base de ces besoins exprimés par les agriculteurs que nous avons défini les expérimentations en laboratoire.

2.2 Les études expérimentales sur la problématique de l’eau et des ressources communes

Selon Correia et Roseta-Palma (2012), l’économie comportementale est trop peu utilisée dans le domaine de la gestion des ressources hydriques. Ces auteurs identifient de multiples arguments en faveur de l’incorporation des aspects psychologiques et sociologiques au sein de l’analyse du comportement économique des usagers et gestionnaires de l’eau, avec en particulier la prise en compte d’un modèle économique plus réaliste et adapté à la compréhension des phénomènes réels et à la formulation de politiques de gestion.

La question du comportement des agents économiques dans les problèmes de gestion d’une ressource commune (common pool resource − CPR) (Walker et al., 1990) est traitée avec la méthodologie expérimentale depuis près de trois décennies. Ce n’est cependant que depuis peu, suite aux enseignements d’Elinor Ostrom dans son ouvrage de référence (Ostrom, 1990), qu’une école de chercheurs s’est concentrée sur l’expérimentation en laboratoire (Anderies et al., 2013 ; Janssen et al., 2011) ou sur le terrain (Bchir, 2014 ; Otto et Wechsung, 2014 ; Cardenas et Ostrom, 2004 ; Anderies et al., 2011 ; Castillo et al., 2011) pour appliquer à la gestion de l’eau les principes de l’économie comportementale et de l’expérimentation économique. En particulier, Bchir (2014) analyse le problème en mobilisant le modèle des biens publics avec seuil. Farolfi et al. (2014) ont également étudié les effets du contexte « eau » sur le comportement des usagers, tandis que Figureau (2015) a abordé le problème de l’évaluation d’instruments de gestion de l’eau souterraine à usage d’irrigation à travers des analyses expérimentales sur le terrain.

Les travaux expérimentaux de Janssen et al. (2011) et Anderies et al. (2013) mettent l’accent sur les spécificités des systèmes irrigués en matière d’asymétrie d’accès à la ressource, d’incertitude dans la disponibilité en eau et d’interdépendance des irrigants dans un périmètre pour traiter les comportements observés en laboratoire et sur le terrain en termes de contribution financière pour la gestion des infrastructures d’extraction et de distribution de la ressource en eau.

La question traitée dans la présente étude concerne l’influence des deux types d’information définis plus haut (« institutionnelle » et « sociale ») sur le comportement de sujets économiques en termes de contribution à un bien public tel qu’un système d’irrigation permettant de bénéficier de l’eau agricole. Cette question, issue de l’enquête de terrain, vise à alimenter une déjà vaste littérature sur l’influence de l’information sur la contribution aux biens publics (Marks et Croson, 1999, pour un bien public avec seuil ; Nikiforakis, 2008 ; Croson et Shang, 2013 ; Kreitmair, 2015). Les deux types d’information considérés diffèrent car l’une (institutionnelle) concerne la relation entre contributions individuelles et production de ressource commune, et contribue à améliorer la capacité décisionnelle des sujets économiques en précisant une caractéristique du système de production, tandis que l’autre (sociale) concerne les contributions des pairs et révèle une information autrement impossible à connaître par les individus. Ce deuxième type d’information en particulier joue sur l’environnement social et peut contribuer à créer des normes sociales (Ostrom, 2000 ; Bicchieri, 2006 ; Burke et Young, 2011). Nous proposons de mobiliser l’économie comportementale via une expérimentation en laboratoire pour vérifier l’existence d’un effet de ces deux types d’information sur la contribution au bien public. Une expérience de terrain permettra ensuite, le cas échéant, de confirmer la validité externe des résultats obtenus en laboratoire.

2.3 Le jeu proposé dans l’expérience

Le jeu choisi pour représenter de manière stylisée et simplifiée le problème étudié est inspiré de Janssen et al. (2011). Ce jeu illustre la situation d’un périmètre irrigué avec plusieurs agriculteurs (au nombre de 5) confrontés au double problème de la contribution financière au système irrigué et de l’utilisation de la ressource en eau produite collectivement par le groupe. Par rapport à Janssen et al., pour simplifier, chaque joueur n’a qu’une décision à prendre : son niveau de contribution financière à la production de la ressource (au maximum égale à 10 jetons, qui est sa dotation initiale). La quantité de ressource qu’il récupère dépend de son niveau de contribution relativement à celle de l’ensemble du groupe (règle de proportionnalité) et de la contribution globale du groupe qui détermine la ressource totale produite.

Plus précisément, la production de la ressource en eau par le groupe est donnée par la fonction , avec G la contribution financière totale du groupe (comprise entre 0 et 50 jetons), ω la quantité maximale d’eau disponible, qui correspond à la limite de l’infrastructure fournie par le GDA (ω = 100), γ un paramètre qui définit la pente de la fonction (γ = 5), et η le point d’inflexion de la courbe (η = 24). Cette fonction de production correspond à une situation où la contribution de plusieurs membres du groupe est nécessaire pour produire de la ressource commune (compléments stratégiques). La forme sigmoïdale de la fonction comporte une première portion convexe, suivie par une portion concave. Cette forme, selon Janssen et al. (2011), est typique d’une fonction de production où l’investissement initial dans un facteur fixe (en l’occurrence un périmètre irrigué) crée des économies d’échelle. Cependant, avec l’augmentation du poids des coûts variables, les rendements marginaux commencent à décroître.

La quantité de ressource en eau obtenue par l’individu i est égale à , avec gi la contribution du joueur i, comprise entre 0 et 10 jetons. La fonction de gain du joueur i est elle aussi une fonction sigmoïdale qui dépend de la quantité de ressource en eau individuellement récupérée (ri) : , avec v la quantité maximale de ressource que peut récupérer le joueur (v = 20), β un paramètre définissant la pente de la fonction (β = 5) et α un paramètre fixant le point d’inflexion de la courbe (α = 5). La forme sigmoïdale de la fonction est là aussi liée à la volonté de représenter dans la mesure du possible les caractéristiques de l’eau d’irrigation en termes de productivité agronomique et de gain économique : trop peu d’eau disponible, ou une absence de disponibilité dans les périodes cruciales pour le cycle cultural, fait baisser très rapidement la production agricole et donc le gain. D’autre part, au-delà d’un certain niveau (ici 5), un apport supplémentaire d’eau produit des rendements marginaux décroissants.

Ainsi, le gain d’un joueur i pour une période donnée est égal à πi (gi,G) = 10 − gi + ϕi (ri). Le gain est exprimé en ecu (experimental currency unit). À noter que la valeur d’un jeton gardé par un joueur est d’un ecu.

Ce jeu, non-standard dans les expérimentations de laboratoire, est proche d’un jeu de contribution au bien public, mais il est caractérisé de plus par une règle d’affectation du bien commun produit (ici l’eau d’irrigation) aux contributeurs, proportionnelle à leur niveau de contribution financière. Cette particularité correspond bien à la situation des GDA tunisiens, où l’eau d’irrigation est attribuée aux agriculteurs en fonction du montant de la redevance payée. La figure 1 permet de bien comprendre le fonctionnement du jeu. Dans cette figure, chaque courbe fait référence à un niveau donné de contribution du joueur i, Ci ϵ[0, 10]. Les points de la courbe donnent le gain de i en fonction de la contribution des autres membres du groupe. Ce graphique montre qu’il n’existe pas de stratégie dominante, mais que la meilleure stratégie du joueur dépend de la contribution des autres membres du groupe. Une présentation plus détaillée de ce jeu se trouve dans Farolfi et al. (2018).

thumbnail Fig. 1

Gain du joueur en fonction de sa contribution et de la contribution des autres membres de son groupe.

Player’s payoff according to his/her individual contribution and contribution of other group members.

2.4 Déroulement de l’expérience

L’expérience comporte quatre traitements : un traitement de contrôle et trois traitements dans lesquels nous manipulons l’information fournie aux joueurs. Dans le traitement de référence, les joueurs disposent du minimum d’information possible, en l’occurrence uniquement de la relation entre la quantité de ressource obtenue et le gain. Ce traitement est appelé SI pour « Sans Information ». Dans le second traitement (noté II) les joueurs ont une information « institutionnelle » : ils ont connaissance, via les instructions, de la relation entre la contribution totale du groupe et la quantité de ressource produite et, au cours du jeu, de la quantité produite par le groupe. Dans le troisième traitement, noté (IS) les joueurs reçoivent une information « sociale » sur les contributions individuelles de chacun des membres de leur groupe, et sur la quantité de ressource obtenue respectivement par chacun. Enfin dans le quatrième et dernier traitement, noté IC, les joueurs ont une information « complète » : ils ont simultanément l’information « institutionnelle » comme dans II et l’information « sociale » comme dans IS.

L’expérience a été réalisée au laboratoire d’économie expérimentale de Montpellier (LEEM, France), entre les mois de juin et d’octobre 2015. Pour chaque traitement, deux sessions ont été réalisés, chaque session étant composée de 20 participants, des étudiants des différentes composantes de l’Université de Montpellier. Une fois installés dans la salle d’expérimentation, les participants ont procédé à une lecture individuelle et silencieuse des instructions. Une fois terminé, un expérimentateur a relu à haute voix les instructions, afin que chaque participant ait conscience que les instructions étaient identiques pour tous.

L’expérience était décontextualisée et informatisée. Lors du lancement de l’expérience, des groupes de cinq ont été formés de manière aléatoire par l’ordinateur central. La composition des groupes est restée inchangée durant toute la session expérimentale. Les sujets ont participé au jeu décrit dans la section 2.3, répété 20 périodes. À chaque début de période, chaque membre du groupe disposait de 10 jetons, et la période se déroulait en deux temps. D’abord, le sujet devait choisir combien de ces 10 jetons de dotation il investissait dans la production de ressource. Ensuite, lorsque tous les participants de la salle avaient pris leur décision, un écran récapitulatif de la période s’affichait. Cet écran récapitulait au minimum le choix de répartition du sujet entre son investissement dans la production de ressource et la partie conservée, la quantité de ressource obtenue et son gain pour la période. Selon le traitement de la session, des informations supplémentaires étaient affichées : la quantité de ressource produite par le groupe (traitements II et IC), et les décisions prises par chacun des autres membres du groupe et les quantités de ressources obtenues respectivement (traitements IS et IC). Lorsque tous les participants avaient validé cet écran récapitulatif, la période suivante débutait. À noter que, à partir de chacun des deux écrans de la période (écran de décision et écran récapitulatif), le sujet avait la possibilité d’accéder à l’historique des périodes. Une session durait en moyenne 1h30, et les sujets ont été rémunérés conformément à leur gain cumulé sur les 20 périodes de jeu, avec un taux de conversion en euros de 1 ecu = 0,04 euro.

2.5 Hypothèses

2.5.1 Hypothèse 1 : l’information, quelle qu’elle soit, a un impact positif sur la contribution financière du groupe à la production de ressource en eau

Ostrom (1990, 2010) et Ostrom et al. (1999) ont montré que l’information, indépendamment de son type, est un facteur déterminant de la coopération dans les situations de dilemme social. Kreitmair (2015) montre en plus que la révélation d’information (obligatoire et volontaire) sur le comportement des autres membres du groupe dans un jeu de contribution au bien public augmente sensiblement la contribution d’un individu. Concernant l’information « sociale » en particulier, Sell et Wilson (1991) montrent l’effet positif sur la contribution au bien public.

2.5.2 Hypothèse 2 : l’information « institutionnelle » augmente la quantité de ressource en eau produite par le groupe

Le protocole expérimental est conçu de sorte à isoler les effets des différents types d’information. Nous faisons la distinction entre une information dite « institutionnelle » sur le fonctionnement du système (la fonction de production) et sur une grandeur à l’échelle globale (la quantité produite par le groupe) et une information « sociale » sur les décisions individuelles et leurs répercussions (les contributions individuelles et les quantités de ressource individuellement obtenues).

L’information « institutionnelle » permet aux joueurs de se coordonner pour atteindre un niveau de production plus élevé de ressource en eau.

2.5.3 Hypothèse 3 : l’information « sociale » réduit la variance des contributions financières individuelles dans le groupe

L’information « sociale » permet aux joueurs d’observer les décisions prises par les autres membres du groupe, ce qui est susceptible de favoriser des processus d’imitation (Villeval, 2012) qui se traduisent par une plus faible variance des décisions au sein du groupe.

3 Résultats

3.1 Contribution du groupe

Le tableau 1 donne la contribution moyenne des groupes par traitement pour les 20 périodes du jeu, ainsi que par intervalles de 5 périodes, et la figure 2 représente la dynamique des contributions totales au cours du temps.

Dès la première période, quel que soit le traitement, la contribution moyenne des groupes est au-delà du point d’inflexion de la fonction de production de la ressource (contribution de 24 jetons). Force est de constater que les données vont dans le sens de l’hypothèse 1, à savoir que l’information a un impact positif sur la contribution dans les groupes. En effet, quelle que soit la phase de jeu, la courbe représentant le traitement sans information est systématiquement en-dessous des autres. Si l’on prend la contribution moyenne sur les 20 périodes comme indicateur de mesure de l’effet de l’information, la différence entre le traitement SI et les trois autres traitements est significative au seuil statistique de 10 % (test bilatéral de Mann–Whitney en prenant le groupe comme donnée indépendante : SI vs. II p-value = 0,082, SI vs. IS p-value = 0,007, SI vs. IC p-value = 0,007). Cette observation va également dans le sens de l’hypothèse 2 selon laquelle fournir une information « institutionnelle » permet un accroissement de la quantité de ressource produite par le groupe. La différence entre les traitements avec information n’est par contre pas significative, même si l’on considère uniquement les 5 premières périodes de jeu, lorsque les différences sont les plus importantes : II vs. IS : p-value = 0,728, II vs. IC : p-value = 0,250 et IS vs. IC : p-value = 0,728.

Tableau 1

Contribution moyenne (et écart-type) par groupe et par traitement.

Mean contribution (and standard-deviation) by group and treatment.

thumbnail Fig. 2

Évolution de la contribution moyenne par groupe et par traitement.

Evolution of mean contribution per group and treatment.

3.2 Contribution individuelle

La figure 3 fournit pour chaque traitement des informations sur les contributions individuelles par groupe (minimum, maximum, quartiles et moyenne). Si l’on prend comme mesure de dispersion intra-groupe l’écart-type des contributions individuelles moyennes sur toutes les périodes, les observations vont dans le sens de l’hypothèse 3, puisque le traitement avec information « sociale » (IS) se distingue des deux autres traitements avec information par une dispersion significativement plus faible (Mann–Whitney bilatéral test, IS vs. II : p-value = 0,032 et IS vs. IC : p-value = 0,093).

La figure 4 donne la fréquence d’observation de chaque niveau de contribution individuelle, par traitement et par intervalle de 5 périodes. Ces graphiques permettent d’observer des différences de contribution individuelle selon le traitement, non observables lorsque l’on s’intéresse aux contributions de groupe. En particulier, on peut noter que deux niveaux de contribution sont plus fréquents que les autres, 5 et 10, et qu’au cours du temps leur importance respective s’est inversée. En effet, au début du jeu, dans les trois traitements avec information la contribution de 10 est la décision la plus fréquente (plus de 20 % des choix), alors que c’est 5 dans le traitement sans information. À l’inverse, dans les 5 dernières périodes de jeu, c’est cette fois la contribution de 5 qui est la plus fréquente, dans les quatre traitements, avec une distinction entre d’un côté SI et IS et de l’autre II et IC. En effet dans SI et IS le choix d’une contribution de la moitié de la dotation (5) représente plus de 40 % des choix, contre 25 % dans II et IC. Dans ces deux traitements où l’information sur la fonction de production est fournie (information « institutionnelle »), la contribution de l’ensemble de la dotation (10) reste une action choisie à plus de 20 %.

Le tableau 2 présente les coefficients estimés des effets de traitement sur les contributions individuelles des sujets. Nous retrouvons les effets de traitements évoqués dans la section 3.1, à savoir que les contributions individuelles dans les traitements avec information sont significativement plus élevées que dans le traitement de contrôle sans information, avec un effet plus marqué pour le traitement IC et moins marqué pour le traitement II, ce qui est cohérent avec la figure 2. La partie droite du tableau explique cela, puisqu’elle montre que l’effet (positif) de l’information « sociale » sur la contribution individuelle est plus fort que l’effet de l’information « institutionnelle ».

Afin de mieux comprendre le processus de prise de décision individuelle, le tableau 3 fournit les coefficients estimés, par des modèles de données de panel avec effets fixes (individuels et temporels), de l’impact des différents éléments d’information disponibles dans le jeu en fonction du traitement. Quel que soit le traitement, la quantité de ressource en eau récupérée par un joueur à la période précédente a un impact positif significatif sur sa contribution financière de la période courante. Le gain à la période précédente a un impact négatif, donc plus le joueur a eu un gain élevé en t-1, moins il contribue en t. Il est intéressant de constater que la contribution totale du groupe à la période précédente n’a pas d’effet significatif sur la contribution du joueur en t, ni dans le traitement II ni dans le traitement IC. Dans le traitement IS où le joueur est informé des contributions individuelles de chacun des autres membres de son groupe, nous avons supposé que le joueur pouvait facilement repérer la contribution la moins élevée et la plus élevée. L’estimation du modèle avec ces deux variables montre que seule la contribution maximale impacte le choix du joueur. Cela peut expliquer la tendance à la hausse observée en début de jeu dans le traitement. C’est cohérent avec le système de redistribution de la ressource en eau produite, puisque le joueur du groupe qui a contribué le plus obtient la plus grande quantité de ressource, et il semble que quel que soit le traitement la quantité de ressource obtenue soit la variable principale qui guide les décisions de contribution des joueurs.

thumbnail Fig. 3

Dispersion des contributions individuelles intra-groupe selon le traitement.

Within-group dispersion of individual contributions per treatment.

thumbnail Fig. 4

Fréquence des contributions individuelles selon les périodes et le traitement.

Individual contribution frequency per period and treatment.

Tableau 2

Estimation de l’effet de traitement à partir des contributions individuelles.

Estimated effect of treatments based on individual contributions.

Tableau 3

Estimation des variables influençant la contribution individuelle dans les différents traitements.

Estimation of variables influencing the individual contributions in the various treatments.

4 Conclusion

En Tunisie, les GDA se heurtent à des problèmes de recouvrement des redevances qui ont pour origine le faible niveau de consentement à payer l’eau d’irrigation de la part des agriculteurs adhérents. Une enquête de terrain dans quatre GDA tunisiens a montré que les agriculteurs regrettaient le manque d’information sur les fonctions du GDA et sur les actions des agriculteurs environnants.

Suite à cette enquête, nous avons identifié deux types d’information potentiellement utile aux agriculteurs : une information dite « institutionnelle », relative au fonctionnement du GDA, et une information dite « sociale » relative au comportement des autres acteurs impliqués. Afin d’isoler et de mesurer l’impact de ces deux types d’information sur la contribution à la production d’une ressource commune, nous avons élaboré une expérience qui a été mise en œuvre au sein du laboratoire d’économie expérimentale de Montpellier. Nous avons tenu à ce que l’expérience, bien que décontextualisée et réalisée avec des sujets étudiants, conserve certains éléments propres à la situation étudiée. C’est ainsi que la production de la ressource en eau par le groupe, ainsi que le gain individuel issu de la ressource obtenue, suivent une fonction sigmoïdale et que la ressource en eau produite est partagée entre les acteurs en proportion de leur contribution respective au processus de production.

Les données collectées en laboratoire montrent le rôle important joué par l’information dans la production d’une ressource commune telle l’eau dans un système irrigué : en effet la fourniture d’information conduit d’une part les sujets à contribuer financièrement davantage, ce qui aboutit à une plus grande quantité de ressource produite par le groupe et, d’autre part, à moins de dispersion dans les contributions individuelles. Cependant, la combinaison des deux types d’information étudiés ne semble pas créer d’effet synergique supplémentaire, en tout cas cet effet n’est pas statistiquement significatif dans notre étude. Ce point doit faire l’objet d’une investigation spécifique qui pourrait par exemple mettre l’accent sur le processus d’apprentissage afin de mieux comprendre l’impact respectif de ces deux types d’information sur les choix individuels.

L’étape suivante de ce travail est la réalisation d’une expérience de terrain sur les GDA de l’enquête, qui consisterait à contrôler les informations fournies aux agriculteurs impliqués, en distinguant l’information « institutionnelle » et l’information « sociale », et à comparer les effets observés à travers l’expérience avec le paiement des redevances et la satisfaction des irrigants mis en évidence par les enquêtes.

La complémentarité méthodologique entre enquête, expérience de laboratoire et expérience de terrain peut permettre des avancées significatives dans la résolution des problèmes de gestion des ressources naturelles et de développement rural : l’enquête permet de faire émerger et poser la problématique, l’expérience de laboratoire permet d’isoler et mesurer précisément les effets de telle ou telle information, système d’incitation (monétaire ou non monétaire), mesure, ou politique publique, tandis que l’expérience de terrain permet de tester la validité externe des résultats observés dans l’environnement contrôlé qu’est le laboratoire.

Dans le cas étudié, la combinaison de ces méthodes a pour finalité ultime l’élaboration de recommandations pour les décideurs du secteur agricole et les gestionnaires des ressources en eau. Elle peut servir également à la conception d’outils de concertation et de partage d’information entre acteurs locaux et usagers dans un objectif de meilleure coordination et de partage plus efficace de la ressource en eau.

Remerciements

Nous remercions les deux relecteurs anonymes et les éditeurs de la revue pour leurs suggestions et remarques constructives. Les imprécisions et les erreurs restantes sont le fait des seuls auteurs. Nous remercions pour leur appui et leurs contributions financières à cette recherche les projets PAP-AGIR et PR-OSCAR, financés par l’AFD, l’Université de Montpellier (projet SRUM 2015) et le DP SIRMA.

Références

Citation de l’article : Farolfi S, Dubois D, Morardet S, Nouichi I, Marlet S. 2018. Fourniture d’information et consentement à payer l’eau d’irrigation dans les groupements de développement agricole tunisiens. Une étude par l’économie expérimentale. Cah. Agric. 27: 25001.

Liste des tableaux

Tableau 1

Contribution moyenne (et écart-type) par groupe et par traitement.

Mean contribution (and standard-deviation) by group and treatment.

Tableau 2

Estimation de l’effet de traitement à partir des contributions individuelles.

Estimated effect of treatments based on individual contributions.

Tableau 3

Estimation des variables influençant la contribution individuelle dans les différents traitements.

Estimation of variables influencing the individual contributions in the various treatments.

Liste des figures

thumbnail Fig. 1

Gain du joueur en fonction de sa contribution et de la contribution des autres membres de son groupe.

Player’s payoff according to his/her individual contribution and contribution of other group members.

Dans le texte
thumbnail Fig. 2

Évolution de la contribution moyenne par groupe et par traitement.

Evolution of mean contribution per group and treatment.

Dans le texte
thumbnail Fig. 3

Dispersion des contributions individuelles intra-groupe selon le traitement.

Within-group dispersion of individual contributions per treatment.

Dans le texte
thumbnail Fig. 4

Fréquence des contributions individuelles selon les périodes et le traitement.

Individual contribution frequency per period and treatment.

Dans le texte

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.