Open Access
Issue
Cah. Agric.
Volume 26, Number 3, Mai-Juin 2017
Article Number 36001
Number of page(s) 7
Section Options / Options
DOI https://doi.org/10.1051/cagri/2017015
Published online 12 May 2017

© C. Rigolot, Published by EDP Sciences 2017

Licence Creative Commons
This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License CC-BY-NC (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

1 Introduction

L'agriculture connaît aujourd'hui de profondes mutations, dans un contexte de grande incertitude. Selon les projections les plus plausibles, la demande mondiale en produits agricoles devrait augmenter de 70 % d'ici 2050, du fait de la croissance démographique et des changements alimentaires liés à l'augmentation des niveaux de revenu (Tilman et al., 2011). L'agriculture connaît aussi des transitions géographiques importantes, liées entre autres aux phénomènes de globalisation et d'urbanisation (Wilkinson, 2009). Dans les décennies à venir, ces transitions continueront avec des facteurs d'incertitude tels que le changement climatique, les risques sanitaires de maladies émergentes, les évolutions économiques, politiques… (Darnhofer et al., 2012). Dans le même temps, les formes actuelles d'agriculture sont aujourd'hui fortement questionnées, au Nord et au Sud (McIntyre, 2009), et de façon globale sur le plan de leur durabilité environnementale (contribution au changement climatique, à l'érosion de la biodiversité… [Tilman et al., 2011]). Dans un tel contexte, les agricultures ne pourront pas rester telles que nous les connaissons actuellement dans les années à venir : les systèmes agricoles sont appelés à se transformer radicalement vers des formes inédites.

En pratique, en effet, il est déjà possible aujourd'hui de constater l'émergence de modèles de rupture, très divers et contrastés (Conway, 1999 ; Hubert et al., 2013). En particulier, avec la révolution numérique, une « agriculture 3.0. » se met en place, articulant l'agriculture de précision, l'agriculture connectée et la biologie prédictive (Issac et Poyat, 2015). De façon concomitante avec cette évolution, une diversité de systèmes agroécologiques se développe, à l'échelle française comme à l'échelle mondiale (Altieri, 2009). Parmi ces formes agroécologiques nouvelles ou « revisitées », certaines comme la permaculture constituent des alternatives radicales dans nos rapports à la nature (Ferguson et Lovell, 2014). Face à l'ampleur de ces bouleversements et des contrastes, avec parfois de forts antagonismes entre modèles, l'identification de stratégies de développement pour les acteurs se trouve considérablement complexifiée. La recherche est interpellée pour apporter de nouveaux cadres de réflexion, dont un exemple est le concept de coexistence des modèles agricoles (Fournier et Touzard, 2014).

Pour enrichir ces nouveaux cadres de réflexions, le concept de vision du monde (worldview) connaît une nouvelle dynamique dans la littérature récente, et présente un potentiel important (Hedlund-de Witt, 2013). Ce concept a déjà été mobilisé en pratique pour diverses problématiques contemporaines, par exemple le changement climatique (Hulme, 2009 ; O'Brien et Hochachka, 2010), et le développement durable (Norgaard, 1988). Dans le domaine agricole, il a déjà permis de mieux comprendre certains verrous et leviers d'une transition vers des formes d'agriculture plus écologiques (Jordan et al., 2008 ; Sanford 2011; Hatt et al., 2016). Cependant, alors que l'utilité de ce concept est de plus en plus largement reconnue, il est rarement mobilisé dans le cadre d'une théorie scientifique formalisée et intégrative (Johnson et al., 2011). À ma connaissance, un tel cadre n'a pas même encore été testé dans le domaine de l'agriculture, afin de penser globalement le développement des systèmes. Dans cet article, une approche évolutive du concept est mobilisée, basée sur le cadre transdisciplinaire de la théorie intégrale (Wilber, 2000 ; Esbjörn-Hargens, 2010). Dans la première partie, je présente tout d'abord le concept de vision du monde en général et dans le cadre de cette théorie intégrale, et quatre grands types de vision du monde identifiés dans la littérature. Ensuite, je propose une déclinaison de ces quatre visions dans le domaine de l'agriculture, avant de montrer comment l'approche évolutive proposée constitue une nouvelle façon de penser le développement agricole, et quelles sont ses implications originales pour les acteurs.

2 Une approche évolutive des « visions du monde »

Le concept de vision du monde revêt des acceptions variées. En première approche, il peut se définir de façon générale comme un « système structurant et inéluctable de signification et de création de sens, qui informe comment les humains interprètent, promulguent et co-créent la réalité » (Hedlund-de Witt, 2013). Selon une autre définition de van Egmond et de Vries (2011), une vision du monde est une « combinaison des orientations d'une personne en termes de valeurs, et de sa compréhension du monde et des possibilités qu'il offre ». De nombreuses autres interprétations sont possibles, qui diffèrent notamment sur la nature des liens entre visions du monde et valeurs des individus (Naugle, 2002 ; Sire, 2015). À l'origine du concept, la notion de vision du monde a une longue et riche histoire en philosophie, avec les apports successifs notamment de Kant, Goethe, Hegel, Nietzsche, Heidegger et des postmodernistes (Derrida, Foucault…) (Hedlund-de Witt, 2013). Dans le domaine scientifique, la discipline sociologique s'est appropriée très tôt certains éléments de la notion (Weber). Aujourd'hui, des questions relatives aux visions du monde sont traitées dans des disciplines variées, incluant par exemple la sociologie pragmatique (Boltanski et Thévenot, 1991), la systémique (Bawden, 2006), la psychologie (Johnson et al., 2011) ou l'écologie (Beddoe et al., 2009). Par ailleurs, en plus de ses contributions particulières à différentes disciplines, le concept de vision du monde a aussi acquis une place centrale dans certaines théories transdisciplinaires, comme la théorie intégrale (Wilber, 2000). La théorie intégrale constitue une tentative d'intégrer autant d'approches, de théories et de penseurs que possible dans un cadre commun (Esbjörn-Hargens, 2010). Dans ce sens, elle a été présentée comme « une théorie du tout » visant à « rassembler des paradigmes séparés dans un réseau d'approches interconnectées qui s'enrichissent mutuellement » (Esbjörn-Hargens, 2010). Dans le cadre de cette théorie intégrale, le concept de vision du monde intègre à la fois le caractère construit (Kant) et historiquement et culturellement situé (Hegel) de nos positions, tout comme leurs liens avec les relations de pouvoir (Foucault) (Naugle, 2002 ; Sire, 2015). Cependant, la vision du monde n'est pas vue ici comme quelque chose qu'il faudrait mettre au jour pour mieux s'en affranchir : le caractère inévitable et utile de cadres structurants pour le fonctionnement de la pensée humaine est pleinement assumé, en intégrant les données des sciences cognitives et la psychologie (Wilber, 2000). Un apport particulièrement original de la théorie intégrale, émergeant du croisement de différentes approches, est de proposer une corrélation entre les évolutions collectives (socioculturelles) et le développement individuel (psychologique) des visions du monde (Wilber, 2000). Ainsi, dans la lignée théorique de l'épistémologie génétique de Jean Piaget, différentes visions du monde peuvent être vues comme des stades successifs dans le développement individuel et collectif.

Plusieurs méthodes permettent d'étudier les visions du monde, comme par exemple : des enquêtes sociales parmi les populations actuelles ; des apports historiques et bibliographiques dans les domaines psychologiques et philosophiques ; l'étude des cultures et des religions (van Egmond et de Vries, 2011). Sur la base de telles approches, plusieurs typologies de vision du monde ont été proposées, avec des nombres variables de types (jusqu'à huit selon Beck et Cowan, 2014). Dans cet article, pour rester le plus simple possible, nous nous baserons sur trois grands types de vision du monde : Traditionnelle ; Moderne ; Postmoderne (Hedlund-de Witt, 2013). Ces visions ont été clairement mises en évidence dans la littérature pour les civilisations occidentales contemporaines (Hedlund-de Witt, 2013), et sembleraient présenter certaines caractéristiques universelles (Wilber, 2000). Par ailleurs, en plus de ces trois visions du monde, nous considérerons une quatrième vision en émergence (Intégrale) suggérée par un nombre croissant de chercheurs (Wilber, 2000 ; van Egmond et de Vries, 2011 ; Beck et Cowan, 2014…). Une des caractéristiques de cette vision en émergence serait de lier la rationalité à la spiritualité, comme le propose d'ailleurs par exemple la théorie intégrale (Wilber, 2000). En France, cette vision émergente pourrait correspondre par exemple à la vision complexe transdisciplinaire initiée par Morin (2008), qui accorde une place très significative au mystère et à la spiritualité, et présente des consonances fortes avec la théorie intégrale (Gidley, 2013). Pour distinguer les quatre types de vision du monde, Hedlund-de Witt (2013) s'appuie sur cinq dimensions :

  • ontologique (postulats sur la nature de la réalité) ;

  • épistémologique (postulats sur la connaissance de cette réalité) ;

  • axiologique (valeurs portées par les individus) ;

  • anthropologique (nature de l'être humain et sa place dans l'univers) ;

  • sociétale (comment organiser la société).

Une description concise des quatre types avec une attention pour ces cinq dimensions est donnée dans le Tableau 1. Cette façon de décrire les visions du monde n'est évidemment pas la seule possible (voir par exemple O'Brien et Hochachka, 2010), mais elle me semble particulièrement structurante. Il est important de noter que ces quatre visions du monde peuvent se décliner d'une immense diversité de manières. Par exemple, une très grande diversité de religions correspond à un type de vision du monde Traditionnel (Wilber, 2000). De même, les visions Moderne, Postmoderne et Intégrale peuvent prendre une immense diversité de formes.

Selon l'approche évolutive des visions du monde proposée par la théorie intégrale, le développement des quatre visions est lié séquentiellement : la vision Traditionnelle « précède » la vision Moderne, qui « précède » la vision Postmoderne, qui elle-même « précède » la vision Intégrale, que ce soit chez l'individu ou dans les sociétés. En d'autres termes, on peut dire que la vision Intégrale « intègre et transcende » la vision Postmoderne, qui elle-même à la fois « intègre et transcende » la vision Moderne, etc. (Wilber, 2000). Cependant, il est très important de souligner que la notion de développement n'est pas prise ici comme synonyme de progrès. Bien au contraire, Wilber (2000) insiste sur le fait que chacune des quatre visions du monde est « partiellement correcte », c'est-à-dire qu'elle a une valeur intrinsèque et peut contribuer de façon significative au fonctionnement d'un « tout » interconnecté plus large. De la même manière, aucune des quatre visions du monde n'est intrinsèquement « meilleure » qu'une autre. En revanche, chaque vision présente des formes d'expression plus ou moins favorables au fonctionnement de ce « tout » plus large. Par exemple, dans une optique de développement, la vision Traditionnelle peut être très efficace et positive dans l'urgence d'une crise humanitaire (charité). Cependant, si elle va jusqu'à instaurer des situations de dépendance humanitaire, elle peut devenir un obstacle très préjudiciable à la construction des capacités des populations locales sur le long terme (Brown, 2005). Par ailleurs, les quatre types de vision du monde ont tous le potentiel pour être écologiquement pertinents (Esbjörn-Hargens, 2010). Enfin, il est essentiel de bien comprendre que ces visions du monde ne correspondent aucunement à une caractérisation rigide des individus et des sociétés, et doivent être considérées avec un point de vue complexe. En particulier, chaque individu n'a pas simplement une seule et même vision du monde pour tout, mais plutôt une vision du monde prédominante (souvent), avec une immense diversité de déclinaisons possibles (Wilber, 2000).

Enfin, dans le cadre du présent article, il me semble très éclairant de bien remarquer que le concept de vision du monde lui-même prend une signification différente selon la vision du monde de celui qui l'utilise (Sire, 2015). Ainsi, à l'origine, la notion de vision du monde est typiquement Postmoderne, permettant de penser la connaissance comme « relative et contextualisée » (Tab. 1). En cela, cette notion se distingue clairement du positivisme (croyance en une réalité objective) caractéristique de la vision du monde Moderne. L'approche évolutive des visions du monde proposée dans cet article correspond quant à elle davantage à une vision du monde Intégrale, de par son niveau élevé de transdisciplinarité, qui intègre et transcende les approches antérieures multiples (van Egmond et de Vries, 2011).

Tableau 1

Description succincte des quatre grands types de vision du monde dans les civilisations occidentales contemporaines, d'après Hedlund-de Witt (2013).

A concise description of four major ideal-typical worldviews in the contemporary West, after Hedlund-de Witt (2013).

3 Application au monde agricole

Une déclinaison des quatre visions du monde en quatre visions de l'agriculture est proposée dans le Tableau 2. Cette proposition correspond à une construction personnelle, ici esquissée à très grands traits. Cette esquisse subjective pourrait être critiquée, discutée et développée longuement pour rendre justice à la complexité des systèmes agricoles et alimentaires actuels (Hubert et al., 2013 ; Fournier et Touzard, 2014…) et du passé (Mazoyer et Roudart, 1997).

De façon synthétique, les visions Moderne et Postmoderne sont ici distinguées notamment par la mise en avant des notions de sécurité alimentaire pour la première, et de souveraineté pour la seconde. La vision Intégrale, encore très peu répandue, correspond à des formes d'agriculture intégrant des dimensions scientifiques et spirituelles (voir Tab. 2 pour explications).

Chaque type de vision de l'agriculture correspond à une façon de penser le développement agricole (avec aussi de nombreuses déclinaisons au sein de chaque type). Selon une vision typiquement Moderne, ce développement est selon moi souvent présenté comme un processus graduel d'intensification de la production, comme le décrit notamment la théorie de Boserup (1965). Selon cette théorie, les transformations des systèmes et les innovations sont stimulées de façon essentielle par l'accroissement de la densité de population. Dans le cadre d'une vision de l'agriculture Postmoderne, d'autres théories sur le développement des systèmes agricoles, souvent d'inspiration marxiste, mettent davantage l'accent sur des facteurs sociaux comme les relations de pouvoir (Sevilla Guzmán et Woodgate, 2013). Enfin, l'approche évolutive des visions du monde proposée dans cet article, correspondant à une vision Intégrale, permet de penser le développement des systèmes agricoles autrement qu'avec les visions majoritaires actuelles Moderne ou Postmoderne. En effet, selon cette perspective, les évolutions techniques et organisationnelles des systèmes peuvent être interprétées en lien avec les visions du monde des individus et des sociétés. Ainsi, avec l'avènement et la diffusion de la science agronomique, les visions du monde des acteurs de l'agriculture ont évolué d'une vision Traditionnelle dominante à une vision Moderne dominante. Dans les dernières décennies, on commence à constater la montée en puissance d'une vision Postmoderne, et l'émergence d'une vision Intégrale, qui pourrait prendre de l'importance à l'avenir. Ces évolutions des visions du monde ont des effets sur les composantes techniques et organisationnelles des systèmes, et réciproquement. Par exemple, la vision Moderne entraîne une « modernisation » concrète des systèmes (rationalisation de la fertilisation, de l'alimentation du bétail, du travail ; machinisme, nouvelles technologies de l'information et de la communication…). Cette modernisation influe en retour sur les visions du monde des acteurs (ouverture sur le monde, prise de conscience des problèmes environnementaux…), qui influent en retour sur les systèmes techniques… Il n'y a évidemment rien d'automatique ni de linéaire dans cette coévolution des visions de l'agriculture. En particulier, la dimension politique est cruciale dans le sens donné au développement agricole et rural, et peut tout à fait rendre possible un passage « en sens inverse », d'une vision Moderne à une vision Traditionnelle par exemple.

En plus de ces considérations théoriques, l'approche proposée a aussi des implications pratiques concrètes pour les acteurs impliqués dans le développement agricole. En particulier, elle invite chacun à développer une réflexivité sur sa propre vision, et à mieux prendre en compte celle des autres. Ainsi, les chercheurs, ingénieurs ou politiques peuvent adapter leurs stratégies de développement aux différentes visions du monde des acteurs concernés par leurs projets. Cette approche me semble aller plus loin que certains travaux sur la coexistence, qui ont déjà montré l'intérêt d'une grande diversité de modèles agroalimentaires (associés à différentes visions du monde) dans un objectif de sécurité alimentaire (Fournier et Touzard, 2014). En effet, dans ces travaux, la question des synergies entre systèmes est « subordonnée » à un objectif particulier, relevant en l'occurrence d'une vision Moderne (la sécurité alimentaire). En reconnaissant très explicitement la légitimité de différentes visions du monde, l'approche proposée ici invite profondément à se mettre « à la place » des acteurs et à développer de l'empathie. Les stratégies « gagnant–gagnant » peuvent alors reposer sur des « palettes de valeurs ». Ainsi, par exemple, Schösler et Hedlund-de Witt (2012) ont montré que les mouvements biologiques et slow food pouvaient respecter et satisfaire en synergie à la fois des valeurs Traditionnelles (agricultures familiales, « recettes de grand-mères »…), des valeurs Modernes (performances économiques, qualités organoleptiques, santé, innovation…), et des valeurs Postmodernes (bien-être animal, alimentation naturelle…). Par ailleurs, l'approche évolutive adoptée dans cet article rend explicite le fait que les visions du monde peuvent évoluer (au sein d'un type) et se transformer (d'un type à l'autre). Ces évolutions doivent s'envisager à différentes échelles de temps et d'espace. À l'échelle des individus et à court terme (temps d'un projet de recherche), les visions du monde changent rarement, et les conditions de ce changement sont mal connues (Brown, 2005). Pour cette raison, Hedlund-de Witt (2013) recommande généralement de valoriser des formes d'expression « positives » des visions du monde des acteurs, sans chercher à les transformer. Ceci revient à reconnaître que les individus « ont le droit d'être où ils sont » en termes de leur vision du monde dominante, et qu'ils doivent être respectés et honorés en tant que tels (Hedlund-de Witt, 2013). À plus long terme, les implications pourraient être encore plus considérables. En effet, chercher à comprendre le point de vue d'autrui (plutôt que le changer) amène à mettre « entre parenthèses » sa propre position et à s'ouvrir à la possibilité d'être changé soi-même. Selon Brown (2005), c'est justement cette ouverture qui permet d'obtenir des solutions vraiment participatives, émergentes et mutuellement transformatives.

Tableau 2

Description succincte de quatre grands types de vision de l'agriculture dans les civilisations occidentales contemporaines (construction personnelle de l'auteur).

A concise description of four major ideal-typical views of agriculture in the contemporary West (personal proposition of the author).

4 Conclusion

Une approche évolutive des visions du monde donne un cadre original et stimulant pour penser différemment l'évolution des systèmes agricoles. Elle invite aussi à développer une réflexivité sur sa propre vision du monde, à mieux prendre en compte celle des autres, et ainsi à s'engager dans des dynamiques de transformations mutuelles. De façon essentielle, cette approche ne doit pas être prise comme un modèle rigide pour classifier ou catégoriser des acteurs ou des organisations, ni pour prédire des évolutions futures. Le développement agricole est assurément une question extrêmement complexe, qui ne se laisse enfermer dans aucun cadre. Dans ce sens, l'approche proposée doit être considérée comme une perspective particulière, parmi beaucoup d'autres approches possibles (historiques, socioéconomiques, politiques, institutionnelles…). Par ailleurs, nous avons vu que le concept de vision du monde prend une signification différente selon la vision du monde de celui qui l'utilise. En particulier, l'approche évolutive du concept trouvera sans doute davantage de résonance dans le cadre d'une vision du monde Intégrale. Cependant, même sans nécessairement adhérer complètement à l'ensemble de l'approche et à ses implications radicales, chacun peut y trouver une source d'inspiration pour aborder la coexistence des systèmes de façon plus constructive, à la fois bienveillante et engagée.

Références

  • Altieri MA. 2009. Agroecology, small farms, and food sovereignty. Monthly Review 61(3): 102. [CrossRef] (In the text)
  • Bawden R. 2006. A systemic evaluation of an agricultural development: a focus on the worldview challenge. Systems concepts in evaluation. Point Reys, CA: Edge Press of Inverness, pp. 35–46. (In the text)
  • Beck DE, Cowan C. 2014. Spiral dynamics: mastering values, leadership and change. John Wiley & Sons. (In the text)
  • Beddoe R, Costanza R, Farley J, Garza E, Kent J, Kubiszewski I, et al. 2009. Overcoming systemic roadblocks to sustainability: the evolutionary redesign of worldviews, institutions, and technologies. Proceedings of the National Academy of Sciences 106(8): 2483–2489. [CrossRef] (In the text)
  • Boltanski L, Thévenot L. 1991. De la justification. Les économies de la grandeur. Paris : Gallimard. (In the text)
  • Boserup E. 1965. The conditions of agricultural growth. The economics of agriculture under population pressure. London and New York: George Allen & Unwin Ltd, 124 p. (In the text)
  • Buchanan J. 2013. An integral approach to agroecological research. Doctoral dissertation, University of Wisconsin (Madison). (In the text)
  • Brown B. 2005. Theory and practice of integral sustainable development. AQAL Journal of Integral Theory and Practice 1(2): 2–39. (In the text)
  • CGIAR Consortium. 2015. CGIAR strategy and results framework 2016–2030: overview. (In the text)
  • Conway G. 1999. The doubly green revolution: food for all in the twenty-first century. Ithaca, NY: Cornell University Press. (In the text)
  • Cox TE. 2014. Integral agriculture: taking seriously the mindset of the farmer, the interiority of the beings on the farm, and a metaphysics that connects them. Doctoral dissertation, Iowa State University. (In the text)
  • Darnhofer I, Gibbon D, Dedieu B. 2012. Farming systems research: an approach to inquiry. In: Farming systems research into the 21st century: the new dynamic. Netherlands: Springer, pp. 3–31. [CrossRef] (In the text)
  • Esbjörn-Hargens S. 2010. An overview of integral theory: an all-inclusive framework for the 21st century (resource paper No. 1). Boulder, CO: Integral Institute. (In the text)
  • Ferguson RS, Lovell ST. 2014. Permaculture for agroecology: design, movement, practice, and worldview. A review. Agronomy for Sustainable Development 34(2): 251–274. [CrossRef] (In the text)
  • Fournier S, Touzard JM. 2014. La complexité des systèmes alimentaires : un atout pour la sécurité alimentaire ? VertigO − la revue électronique en sciences de l'environnement 14(1). (In the text)
  • Gidley JM. 2013. Global knowledge futures: articulating the emergence of a new meta-level field. Integral Review 9(2): 145–172. (In the text)
  • Hatt S, Artru S, Brédart D, Lassois L, Francis F, Haubruge E, et al. 2016. Towards sustainable food systems: the concept of agroecology and how it questions current research practices. A review. Biotechnology, Agronomy, Society and Environment 20(S1): 215–224. (In the text)
  • Hedlund-de Witt A. 2013. Worldviews and the transformation to sustainable societies: an exploration of the cultural and psychological dimensions of our global environmental challenges. Doctoral dissertation, Vrieje University (Amsterdam, the Netherlands). (In the text)
  • Hubert B, Goulet F, Magnani S, Tallon H, Huguenin J. 2013. Agriculture, modèles productifs et options technologiques : orientations et débats. Natures Sciences Sociétés 21(1): 71–76. [CrossRef] [EDP Sciences] (In the text)
  • Hulme M. 2009. Why we disagree about climate change: understanding controversy, inaction and opportunity. Cambridge: Cambridge University Press. [CrossRef] (In the text)
  • Inra. 2010. Document d'orientation. Inra 2010–2020. Une science pour l'impact. (In the text)
  • Issac H, Poyat M. 2015. Les défis de l'agriculture numérique connectée dans une société numérique. 16 propositions pour repenser la production, la distribution et la consommation alimentaires à l'ère du numérique. Reconnaissance numérique, 103 p. (In the text)
  • Johnson KA, Hill ED, Cohen AB. 2011. Integrating the study of culture and religion: toward a psychology of worldview. Social and Personality Psychology Compass 5(3): 137–152. [CrossRef] (In the text)
  • Jordan NR, Bawden RJ, Bergmann L. 2008. Pedagogy for addressing the worldview challenge in sustainable development of agriculture. Journal of Natural Resources and Life Sciences Education 37: 92–99 (In the text)
  • Mazoyer M, Roudart L. 1997. Histoire des agricultures du monde : du néolithique à la crise contemporaine. Paris : Éditions du Seuil, 545 p. (In the text)
  • McIntyre BD. 2009. International assessment of agricultural knowledge, science and technology for development (IAASTD): global report. (In the text)
  • Mendras H. 1970. La fin des paysans : changement et innovations dans les sociétés rurales françaises. Colin, vol. 110. (In the text)
  • Morin E. 2008. La méthode. Paris : Seuil, coll. « Opus », 2 volumes. (In the text)
  • Naugle DK. 2002. Worldview: the history of a concept. UK: W.B. Eerdmans Publishing. (In the text)
  • Norgaard RB. 1988. Sustainable development: a co-evolutionary view. Futures 20(6): 606–620. [CrossRef] (In the text)
  • O'Brien K, Hochachka G. 2010. Integral adaptation to climate change. Journal of Integral Theory and Practice 5(1): 89–102. (In the text)
  • Rabhi P. 2009. Vers la sobriété heureuse. Arles : Actes Sud, 144 p. (In the text)
  • Sanford AW. 2011. Ethics, narrative, and agriculture: transforming agricultural practice through ecological imagination. Journal of Agricultural and Environmental Ethics 24: 283–303. doi:10.1007/s10806-010-9246-6. [CrossRef] (In the text)
  • Schösler H, Hedlund-de Witt A. 2012. Sustainable protein consumption and cultural innovation. What businesses, organizations, and governments can learn from sustainable food trends in Europe and the United States. Amsterdam: Reprografie. (In the text)
  • Sevilla Guzmán E, Woodgate G. 2013. Agroecology: foundations in agrarian social thought and sociological theory. Agroecology and Sustainable Food Systems 37(1): 32–44. (In the text)
  • Sire JW. 2015. Naming the elephant: worldview as a concept. USA: InterVarsity Press. (In the text)
  • Tilman D, Balzer C, Hill J, Befort BL. 2011. Global food demand and the sustainable intensification of agriculture. Proceedings of the National Academy of Sciences 108(50): 20260–20264. [CrossRef] (In the text)
  • van Egmond ND, de Vries HJM. 2011. Sustainability: the search for the integral worldview. Futures 43(8): 853–867. [CrossRef] (In the text)
  • van der Ploeg JD. 2009. The new peasantries: struggles for autonomy and sustainability in an era of empire and globalization. UK: Routledge. (In the text)
  • Wilber K. 2000. Sex, ecology, spirituality. Colorado: Shambhala Publications. (In the text)
  • Wilkinson J. 2009. The globalization of agribusiness and developing world food systems. Monthly Review 61(4): 38. [CrossRef] (In the text)

Citation de l'article : Rigolot C. 2017. Une approche évolutive des « visions du monde » pour penser les transformations de l'agriculture. Cah. Agric. 26: 36001.

Liste des tableaux

Tableau 1

Description succincte des quatre grands types de vision du monde dans les civilisations occidentales contemporaines, d'après Hedlund-de Witt (2013).

A concise description of four major ideal-typical worldviews in the contemporary West, after Hedlund-de Witt (2013).

Tableau 2

Description succincte de quatre grands types de vision de l'agriculture dans les civilisations occidentales contemporaines (construction personnelle de l'auteur).

A concise description of four major ideal-typical views of agriculture in the contemporary West (personal proposition of the author).

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.